Le principe qui explique pourquoi les riches deviennent plus riches

Alors clairement, je ne suis pas Richard Virenque.
Mais hier, je suis parti faire une balade en VTT avec un pote.
(Ça devait faire quelque chose comme cinq ans que je n’étais pas grimpé sur un vélo. Mon sport, c’est plutôt sur un tatami ou à Basic Fit…)
Et pendant que je roulais, les cheveux dans le vent et les moustiques sur les dents, j’ai pensé à un truc.

Le vélo, c’est un peu comme le business:
Tu pédales dur au début, et ensuite ça roule tout seul.
Sérieusement !
Ça s’appelle le principe d’inertie, et ça s’applique aux affaires.
Ce principe veut que « tout corps qui est en mouvement tend à rester en mouvement, à moins qu’une force contraire et supérieure ne vienne lui faire obstacle »
(ou quelque chose du genre)

En clair ?
Plus tu vas vite, plus tu gagnes en vitesse.
Plus tu restes à l’arrêt, plus c’est difficile de bouger.
C’est ce même principe qui explique que les riches deviennent plus riches, et que les couch-patatoes restent des couch-patatoes.


Au début, quand tu commences à pédaler (lancer ton business) c’est difficile.
Il faut y mettre un peu de force (travailler dur).
D’autant plus si tu es au début d’une côte (contexte difficile).
Mais une fois que tu as donné les premiers coups de pédale, ton vélo gagne de l’élan (le « momentum » )
Si tu continues de pédaler (persévérer, être constant) sans briser ton élan (abandonner), tu finiras par aller de plus en plus vite.
Et tu n’auras plus besoin de pédaler – juste donner un petit coup de temps en temps pour préserver ta vitesse (vérifier que ton business va dans la bonne direction)
Et si tu as manqué de chance, et que tu as commencé ta course par une côte ? (un handicap, un contexte familial difficile, peu de compétences, etc.)
Une fois arrivé en haut, la descente (la récompense) n’en sera que plus belle.
Et quoiqu’il arrive, ce n’est qu’une question de temps avant d’atteindre la ligne d’arrivée.
Le tout, c’est de ne pas s’arrêter pendant la côte… Au risque de basculer en arrière et de retourner au point de départ.

C’est tout.
C’était juste une petite métaphore pour t’inspirer aujourd’hui.
J’espère que tu as apprécié la balade avec moi.


À demain,


Meryl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.