Quelques mois après avoir été diagnostiqué d’un cancer, Steve Jobs offrait à la Stanford University l’un de ses discours les plus brillants. Il partage à cette occasion trois histoires qui bouleverseront votre vision de la vie.

Si de nombreuses idées sont des pépites, le discours du co-fondateur d’Apple est une mine d’or. (Toutes les citations de cet article en sont issues). Découvrez, ou redécouvrez cet enregistrement avec l’attention qu’il mérite:

Ne laissez pas le bruit des opinions des autres étouffer votre propre voix intérieure (Steve Jobs)

Je n’avais même pas vingt ans lorsque je l’ai entendu pour la première fois, lors d’un meeting entrepreneurial qui rassemblait une cinquantaine d’individus. Cela me paraissait irréel ! Je n’étais pas du tout préparé à entendre cela. Le discours était à des années-lumière de ce qu’on m’avait inculqué. Il a fait germer en moi des questions que je ne m’étais jamais posées, et qui guideraient mes choix futurs:

  • Si je devais mourir demain, qu’est-ce que j’aurais envie de faire aujourd’hui ?
  • Alors, il ne faut pas forcément de beaux diplômes pour réussir sa vie ?
  • Qu’est-ce que je désire réellement ? (moi, et non pas ce que les autres attendent de moi)

Finalement, les mots du visionnaire se sont creusé un chemin dans mon esprit pour ne plus jamais en ressortir. Quelques mois plus tard, j’ai quitté mon cursus universitaire, et je me suis mis à faire ce qui me faisait vibrer au quotidien. Ce fut comme une libération. Et tout était parti de trois histoires que Steve Jobs avait livrées aux étudiants de Stanford.

Je vous propose d’en retrouver les idées essentielles ci-dessous.

Histoire n°1: Connecter les “points”

Est-ce que vous vous souvenez du jeu qui consistait à relier une série de points dans l’ordre pour faire apparaître un dessin ? La première partie du discours de Steve Jobs reprend cette métaphore.

Ce qu’il entend par “relier les points”, c’est que chaque événement de votre vie (chaque “point”) s’ajoute les uns aux autres, sans lien apparent. Mais lorsque vous prenez suffisamment de recul pour tracer un trait entre eux, vous vous rendez compte que tous ces points ont un sens et ne sont pas simplement le fruit du hasard.

Vous ne pouvez pas copier les “points” en regardant en avant, vous pouvez uniquement les relier en regardant en arrière

Vous devez avoir confiance en ce qu’il se passe dans votre vie. Ainsi que dans le sens que les événements finiront par prendre. Cela rejoint l’idée selon laquelle rien n’arrive par hasard, et que “Tout arrive pour une raison“.

Histoire n°2: À propos d’amour et de perte

Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite, mais il s’est avéré que mon départ forcé d’Apple a été la meilleure chose qui me soit arrivée.

Ce qui apparait comme une épreuve difficile cache parfois une réaction en chaîne positive qui nous rapproche de nos buts. Votre compagne vient de vous quitter ? Probablement qu’elle n’était pas faite pour vous rendre heureux. Vous venez de perdre votre boulot ? N’était-ce pas vous qui vouliez un travail plus épanouissant et plus rémunérateur ?

Comme le dit Jobs, ce n’est pas possible pour vous de comprendre sur-le-champ la finalité des événements quand ils vous arrivent. Mais avec un peu de patience et de recul, vous vous rendrez compte que ces événements, que vous pensiez être de mauvaises nouvelles, ont en fait mené à de plus belles choses encore.

Pour peu que vous aimiez ce que vous faites, vous irez toujours dans la bonne direction, peu importe les circonstances.

Histoire n°3: Votre temps vous est compté

À propos de citations inspirantes…

Steve Jobs confesse l’impact qu’à eu une citation sur lui lorsqu’il avait 17 ans:

Si vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, un jour vous aurez très certainement raison

Cette idée percutante a déclenché une série d’actions chez l’inventeur américain, puisqu’il a pris l’habitude de se regarder dans le miroir et de se demander:

Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, aurais-je envie de faire ce que je vais faire aujourd’hui ?

Cette simple habitude, de se poser la bonne question, lui a permis de rester focalisé sur ce qui était important dans sa vie, et d’ajuster ses actions lorsqu’il se sentait dériver.

Wow ! Voici un bien bel exemple qui prouve le pouvoir des citations, et de l’impact qu’elles peuvent avoir sur notre vie si l’on prend la peine de s’en approprier le sens.

Et après quinze minutes de partage de sa philosophie, Steve Jobs nous fait le cadeau d’une dernière punchline. Celle qui nous invite à préserver notre curiosité, à ranger notre ego et faire preuve d’humilité, à toujours aller de l’avant, à ne jamais se contenter de ce que l’on a, à ne pas suivre le consensus – tout ceci et bien plus à la fois.

Stay hungry. Stay foolish.

Ce discours de Steve Jobs est un cadeau. Sentez-vous libre de l’offrir autour de vous en partageant cet article.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.