Peut-on tout automatiser ?

Suite à un sondage dans ma story Instagram, j’ai reçu la question suivante:

« Qu’est-ce qu’il n’est pas possible d’automatiser ? » 


​Je trouve que c’est un point intéressant.
Lorsque l’on créé un business en ligne…
Quand on construit un tunnel de vente…
Ou même lorsqu’on développe une organisation MLM…
On est rapidement tenté de tout automatiser.
Pour vivre le « Beach Money »
Et gagner de l’argent sous les cocotiers.
Sans rien faire.
Je vais te dire une chose:
Si tout était automatisé…
Je me ferais rudement chier.
Vraiment !
La plage ça va cinq minutes (ou cinq jours)
Mais le vrai épanouissement, c’est quand on apporte quelque chose.
Gary Vaynerchuck dirait:

Love the grind

(aime faire le taff)
Pourtant, on ne peut pas atteindre un certain niveau de réussite professionnelle sans automatiser.
On n’a que 24 heures dans une journée: on ne peut pas être partout.
Donc on peut déléguer des tâches à des prestataires (comme les campagnes de pub)
Laisser la pub facebook prospecter pour nous
Laisser le tunnel de vente convertir ces prospects
Recruter des commerciaux pour closer la vente
Avec les bonnes ressources et la bonne équipe, on peut quasiment tout automatiser…
Mais voici ce qu’on ne peut PAS automatiser:

Les rapports humains.

Tu peux faire démarrer un nouveau partenaire dans ton opportunité marketing grâce aux outils…
Mais tu ne peux pas devenir son ami de manière automatique
Tu peux laisser les autres répondre aux questions de ton partenaire…
Mais tu ne peux pas obtenir le crédit, ni sa reconnaissance
Pour moi, le business, c’est un échange entre deux humains.
C’est en gardant ça à l’esprit que j’ai construit mon programme Funnel Network

Je t’y montre tout de A à Z:

  • Comment construire ton tunnel de vente
  • Comment mettre en place un système d’emailing
  • Comment attirer du traffic vers ton offre
  • Comment automatiser le tout
Mais malgré ça, j’insiste sur deux points essentiels:
  • Tu dois être présent pour inscrire ton client ou partenaire
  • Tu dois être présent pour lui une fois sa commande passée
Funnel Network n’enlève pas le côté humain du marketing relationnel.
Son but est simplement d’aider les gens à entendre parler de ce que tu proposes.
Et d’aboutir à une conversation pertinente entre toi et ton prospect.
Le reste ?
C’est à toi de le construire.
Je ne peux pas forcer les gens à t’apprécier et à t’être reconnaissant.
Mais si tu as les bonnes valeurs…
Je suis certain que ça sera le cas.
Et même si on peut automatiser la RENCONTRE…
 
On ne peut pas automatiser la RELATION qui s’ensuit.
À demain,
Meryl
PS: si tu es conscient que tu ne pourras pas tout automatiser à 100%, mais que tu as tout de même envie que tes prospects viennent à toi plutôt que d’avoir à les chercher… Alors je t’invite à rejoindre Funnel Network tant que nous sommes en pré-lancement, en cliquant sur ce lien: https://www.funnel-network.com

PPS: si toi aussi tu veux interagir, tu es le bienvenu sur mon compte Instagram: https://www.instagram.com/merylcamus

Comment vendre avec les histoires

Facts tell, stories sell


Ou, pour ceux qui n’avaient pas Anglais en LV1:


Les faits expliquent, mais ce sont les histoire qui vendent




Cette formule marketing est presque un proverbe.


Et c’est pour ça que depuis 3 jours, je te parle d’histoires.




Le but ?


Que tu aies élaboré ton histoire originelle et des témoignages pour appuyer ton produit.


Je sais que tu n’as pas réellement fait cet exercice.


Ou alors c’est que tu es très zélé (merci)


Mais si tu ne devais retenir qu’une chose de tout ça…


Facts Tell, Stories Sell.




Aujourd’hui je te parle du troisième type d’histoire que tu devrais maîtriser.



3. L’ANALOGIE




Pour info, une analogie, c’est une figure de style basée sur la ressemblance entre deux choses différentes.


Une métaphore. Une comparaison.




Bref c’est l’histoire qui va te permettre de marquer un point.



D’illustrer un argument.


De clarifier ta proposition dans l’esprit de ton prospect.




Quand j’étais en Terminale L, mon prof de lettres me rabâchait toujours la même chose dans mes dissertations:


Idée – Argument – Exemple


C’est comme ça que ça fonctionne.


D’abord tu exprimes ton idée:


Idée: « Tu devrais boire du citron tous les matins, à jeun »


Ensuite, tu élabores avec des arguments pertinents.


Argument: « Contrairement à son goût, le citron n’est pas acide, mais au contraire, alcalin – et c’est donc un excellent aliment pour rendre ton corps plus basique et solidifier ton système immunitaire »


Et enfin, histoire que ce soit bien clair dans l’esprit de ton interlocuteur (ou de ton correcteur…)


Tu utilises un exemple:


«  C’est comme si ton corps était une étendue d’eau. Trop d’aliments acides en feront un marécage, et suffisamment d’aliments alcalins en feront un lac étincelant »




Ça, cette histoire de marécage…


Et bien c’est une analogie.




Toujours pas convaincu de prendre des citrons le matin ?


Ehh. On peut sûrement mieux argumenter…


Mais l’idée est là.




Les histoires, les images, les exemples etc.


… Permettent de mieux faire passer tes idées.




En ce moment, je m’efforce d’utiliser le plus d’images possibles.


Par exemple, j’utilise plusieurs analogies pour montrer que mon programme Funnel Network est 3.0.




Comment expliquer que les techniques de prospection utilisées aujourd’hui sont dépassées ?


« C’est comme vendre des walkman à des utilisateurs de Spotify »


Comment dire qu’exceller avec une méthode obsolète, ça ne sert à rien ?


« Tu peux gravir les échelons à toute vitesse, cela ne te mènera à rien si ton échelle est adossée sur le mauvais mur ! »




Mieux ?


Si tu as l’occasion de raconter une véritable histoire, avec une morale…


Alors tu as toutes les chances de faire passer tes idées comme une lettre à la poste.


Ce n’est pas un hasard si tout le monde se souvient des fables de La Fontaine.




Maintenant récapitulons, juste deux secondes…




Suite au discours de David Laroche à l’événement QLRR, j’ai voulu te parler un peu de story-telling.


On a vu ensemble trois types d’histoires que tu devrais absolument maîtriser:


1. Les histoires originelles


2. Les témoignages


3. Les analogies




J’espère que ce sujet t’a plu (c’était pas prévu que j’y passe trois mails)

Laisse-le moi savoir en répondant à cet email.

Sens-toi libre de me proposer d’autres sujets que tu voudrais que j’aborde 😉 (cette newsletter est pour TOI avant tout)



Et n’oublie pas:


FACTS TELL, STORIES SELL




À demain,


Meryl






PS: Si cette séquence de story-telling t’a plu, alors bonne nouvelle !


Je te montre comment construire une histoire percutante dans le premier module de Funnel Network.


La formation est encore disponible au prix de pré-lancement.


Ça ne durera pas, alors profites-en (vraiment).


Tu peux la retrouver ici: https://www.funnel-network.com/