Ce que le Puy du Fou m’a appris sur ton business

12km de marche plus tard…
Meryl a testé pour toi: le Puy du Fou !
Si tu habites pas loin de la Vendée, tu vas juste me prendre pour un gros touriste qui découvre le monde (ce qui n’est pas faux)
Autrement ?
Je vais t’expliquer en quoi l’un des meilleurs parcs d’attraction du monde ressemble à ton business.
(ceux qui me connaissent sont déjà en train de se demander: « bon sang mais comment est-ce qu’il va encore faire le lien entre le marketing d’attraction et un truc qui n’a rien à voir ? » )
Bon. Revenons-en au Puy du Fou.
Ce parc à thème qui mêle Histoire de la Vendée et effets spéciaux bluffants.
Je vais pas te faire l’éloge de la mise en scène des spectacles
Ni des performances des dresseurs de rapaces, hiboux, et autres pigeons.
Mais simplement attirer ton attention sur une chose qu’ont en commun tous les comédiens/cascadeurs du parc.
C’est qu’ils maîtrisent leur show sur le bout des doigts.
Le texte.
Les chorégraphies.
Les interactions avec les animaux.
Ils connaissent le déroulement de leur spectacle à la seconde près.

Pour eux ? Aucune surprise.
Ils savent quand le public va rire, quand il va applaudir, quand il sera surpris.
Ils savent exactement tout ce qu’il va se passer, parce qu’ils ont répété et présenté le numéro des centaines de fois.
(déjà, après des mois de répèt’, ils étaient déjà au taquet. Alors imagine après des dizaines et des dizaines de spectacles.)
La répétition étant la mère de l’excellence, les prestations étaient d’une précision chirurgicale.

Exactement comme lorsque tu présentes ton activité pour la cent-cinquantième fois.
Tu présentes ta compagnie de la même manière, avec les mêmes chiffres et les mêmes blagues.
Tu partages les produits avec les mêmes exemples et les mêmes témoignages.
Evidemment, tu as toujours les mêmes objections, et tu donnes toujours les mêmes réponses.
(c’est fou ça. Ton prospect croit toujours qu’il est le premier à te dire: « alors moi c’est particulier parce que… »)
Et tant mieux parce que du coup, tu finis par parrainer à peu près le même ratio de personnes.
Ça te permet de connaître le score. (oui, je fais écho à l’email d’avant-hier. Y’en a qui suivent, c’est bien !)

Personnellement ?
Je commençais à me lasser des présentations en porte à porte.
Ça en devenait même presque trop facile: je savais à l’avance comment allait réagir mon client, quel objection j’allais avoir, ce que j’allais lui répondre…
Bref parfois j’avais juste envie de dire: « quoi que vous disiez, je sais comment ça va se passer. Si vous êtes suffisamment qualifié, je vais vous convaincre, vous allez m’offrir un café et vous serez content. Et si on s’épargnait 20min à tous les deux ? » 
Sauf que ça n’aurait pas été super modeste de ma part, et pas très malin non plus.

En MLM ?
C’était pire.
J’en venais à donner des présentations sur Skype, tout en jouant à Fifa avec mon coloc. (et le type signait. Et pas un petit pack de démarrage !)
Par contre je perdais le match. Mais ça c’est parce que je ne sais pas jouer sans le Onze de Légende.

Revenons-en à nos moutons: ta présentation.
Je ne sais pas où tu en es actuellement à ce niveau-là, mais en général je distingue 4 phases:

  1. Au début: tes présentations ne sont pas aussi bonnes que tu aimerais. C’est la phase d’apprentissage – et je te conseille de la faire aux côtés de quelqu’un qui peut t’aider à t’améliorer.
  2. Après plusieurs présentations en solo: tu es suffisamment à l’aise pour doubler voire tripler ton ratio. Tu passes de 1-2 prospect converti à 3-4. Tu continues de peaufiner, mais ton travail fonctionne.
  3. Après plusieurs dizaines de présentations: tu atteins ton apogée. Tu es dans le feu de l’action, tu as une maîtrise totale de ton sujet ET de la psychologie de ton prospect. Tu es comme un cascadeur du Puy du Fou, tout est millimétré.
  4. Après plusieurs centaines de présentations: tu deviens « trop » bon. Si bien que tu innoves, tu tentes des trucs pour ne pas te lasser. Au mieux tu formes d’autres personnes à présenter, au pire tu satures et tu fais un burn-out.

Même si je te souhaite d’atteindre les dernières phases, parce qu’elles sont extrêmement formatrices…
J’aimerais te faire gagner du temps.
Et t’éviter de faire des milliers de présentations comme moi (et de perdre à Fifa)
Je ne te dis pas d’arrêter d’avoir des prospects au téléphone – surtout pas !
Mais peut-être que tu peux éviter de répéter l’histoire de ta compagnie et le plan de rem dix fois par jour…
Les informations de base, comme celles-ci, n’importe quel débutant peut les donner.

Ton rôle à toi ?
Closer ton prospect. Partager ton histoire qui t’es propre. Répondre aux questions.
En un mot ? Être un CLOSER.  (celui qui clôture la vente)
Le job de présentateur ? Tu peux le déléguer.
Et si tu n’as pas confiance, délègue à toi-même ou un membre de ta upline.
En enregistrant une vidéo qui fera ce travail d’information pour toi.
De sorte à ce que tu mobilises ton temps précieux pour ne t’entretenir qu’avec des prospects qualifiés, qui savent de quoi on parle.

Diffuser une présentation qui travaillera pour toi, de jour comme de nuit
On en parle dans le Funnel Network.

Je te redonne le programme, au cas où:
https://www.funnel-network.com/programme

À très vite,
Meryl
Ton Funnel Coach

NB: ce post t’a plu ? Inscris-toi gratuitement à l’Email du Marketeur pour recevoir mes meilleures pépites-business sur la persuasion et les tunnels de vente: https://www.funnel-network.com/optin-newsletter