L’erreur que font 82% des réseauteurs

Hier, je parlais avec mon bon ami Chris.

Il est venu passer quelques jours à la maison, pour le plus grand bonheur de bibi.

Avant d’être mon Funnel-cobaye et le premier diplômé de Funnel Network, c’est avant tout un pro du parrainage.

En quelques années, il a cumulé plus de 150 parrainages personnels.

Ce qui n’est franchement pas dégueu.

Une de nos discussions concernait une offre qu’il comptait vendre à son audience
(une formation vidéo de son crû)

D’un coup, je vois qu’il « bug ».

Quelque chose le turlupine. Il me dit:

« Je veux bien faire un Live Facebook devant des milliers de prospects qualifiés. Mais, dans le lot, il n’y en a pas qui vont me dézinguer dans les commentaires quand je vais annoncer le prix de mon offre ? » 

Ma réponse ?

« Attends… T’es pas en train de me dire que tu veux vendre sur Facebook, quand même ?

(il hésite)

Non Chris. L’appel à l’action, à la fin de ton live, il doit renvoyer vers quelque chose de gratuit. Un eBook, un webinaire, une page de capture, ce que tu veux ! Mais tu ne peux pas vendre sur Facebook » 

Pourquoi je dis ça ?

(Et pourquoi tu devrais prendre ce conseil également)

Parce que Facebook n’est pas fait pour vendre.

Les réseaux sociaux, c’est un endroit où les gens viennent se détendre.

Ils jouent, regardent des vidéos, discutent… Mais il ne sont pas en « mode centre-commercial », la CB à la main.

Facebook, tu t’en sers pour prendre des rendez-vous.


Et tu vends aux rendez-vous.

Quoi que tu fasses, tu dois sortir ton prospect de son environnement.

Si tu veux te baigner tranquillement avec ami, tu vas pas le jeter dans le fleuve.

Tu vas l’inviter à la piscine municipale ou à la plage, vous allez vous déshabiller (on se comprend), mettre un maillot de bain et plonger dans l’eau.

En clair: vous allez changer d’environnement.

Si tu ne fais pas ça ?

Il y a de bonnes choses qu’il te fasse la gueule pendant un moment…

Quoi que tu vendes, ça doit se passer dans un endroit propice.

En face à face, au téléphone, sur un webinaire, par mail, sur Zoom…

Mais pas sur Facebook, ni après trois messages sur Messenger (une erreur que font beaucoup, beaucoup de réseauteurs…)

Ce conseil-là ?

Il est évident pour un marketeur.

Mais il ne l’est pas pour un réseauteur (comme Chris).

Parce que ce n’est pas le même métier.

Son métier à Chris, ce n’est de comprendre les coulisses et les stratégies d’un tunnel de vente.

Par contre, c’est le miens.

Et c’est mon boulot que de t’aider à construire une stratégie automatisée d’acquisition de clients.

Même (et surtout) si tu n’y connais rien.

Demain, si j’ai besoin de réparer ma voiture, je vais demander à un garagiste.

Si je veux me lancer sur Youtube, je vais demander à un expert de Youtube ou de Google.

Si tu veux vendre avec des tunnels de vente, tu vas demander à un expert en tunnels de vente.

Chacun son taff.

En attendant, tu peux voir comment je travaille:

https://www.funnel-network.com/programme

À tout de suite,

Meryl

Ton Funnel Coach 

PS: ce soir entre 18h et 19h, comme tous les soirs, nouveau live sur le groupe Facebook. Il est encore temps de nous y rejoindre: https://www.facebook.com/groups/funnelnetwork/

PPS: en plus de ça, je te prépare tout un tas de trucs cool d’ici les prochains jours et semaines. Stay tuned !

Tout ça ne sert à rien si…

Hier, on a parlé de tunnel de vente.
De connaitre le score.
De comment transformer 100 visites sur ton tunnel en 2 parrainages.

Dans les jours qui viennent, j’ai bien envie d’analyser un peu les différentes étapes.
Et les actions que tu dois mettre en place pour que la magie opère.

Commençons par la fin: comment transformer tes prospects en clients ?
Ça y est, ton prospect est rentré dans la machine, il est passé d’une étape à l’autre, et le voici avec toi à l’autre bout du fil.
Pour moi, c’est l’étape la plus facile.
Pour d’autres, c’est l’étape la plus redoutable.
La vente.

Je vais te dire quelque chose qui tombe sous le sens, mais qu’il me paraît bon de rappeler:
Tout ce qui s’est passé avant n’a strictement aucune importance si tu ne closes pas la vente.

Tu peux être une machine à traffic: aucune importance si tu ne sais pas vendre.
Tu peux avoir une présentation si convaincante que les candidats affluent: aucune importance si tu ne sais pas vendre.
Tu peux avoir 10 appels stratégiques dans la journée: aucune importance si… ?
Si tu ne sais pas vendre, bingo.

Et là il y a généralement deux types de personnes:

  1. Ceux qui pensent qu’il faut être un vendeur-né, pour convaincre
  2. Ceux qui pensent qu’ils sont des vendeurs-nés

(des deux, je ne sais pas lequel est le plus dangereux)
L’un comme l’autre, on en revient toujours au fait implacable que:
Pas de vente = pas de résultats(pas de bras, pas de chocolat)

Si malgré tout tu es à l’aise avec le processus, que tu es convaincu(e) par ton offre et que tu closes tes prospects naturellement sans trop savoir comment, c’est parfait.
Si, en revanche, tu es conscient que la seule compétence de persuader les autres peut doubler voire tripler tes résultats, alors ce qui suit est fait pour toi.

Ce soir à 20h00, je donne une conférence en ligne sur le sujet.
(Elle sort du cadre de Funnel Network, mais je trouve la thématique très complémentaire. En fait, c’est un projet que j’avais eu bien avant…)

Dans cette conférence en ligne EN DIRECT, je vais te montrer:
« Comment je génère 90-120 clients chaque mois dans différentes activités commerciale, avec une prédictibilité assurée des mois à l’avance » 
Tu vas découvrir:

  • Secret 1 : Comment convertir tes prospects en t’adressant directement à leur cerveau reptilien.
  • Secret 2 : Comment transformer des “peut-être” en OUI en levant toutes les objections.
  • Secret 3 : Comment ne plus laisser place au hasard et s’assurer un système de vente prévisible des mois à l’avance.

Je vais être honnête avec toi, je fais une offre à la fin de la conférence.
Mais tu t’en doutais peut-être.
Peu importe. La première heure sera du pur contenu gratuit au sujet de la persuasion et des stratégies de vente.
Donc si tu veux développer tes compétences à ce sujet, c’est la meilleure chose que tu puisses faire ce soir.
Je ne peux pas garantir qu’il y aura de replay alors si veux y assister, ne manque pas la conférence.

Tu peux t’inscrire ici: bit.ly/AsVente

Pour les autres, je vous retrouve demain dans votre boîte mail.
À très vite,
Meryl
Ton Funnel Coach

Ta session de stratégie offerte

Récemment, j’ai eu Christine au téléphone.
Elle avait booké sa session de stratégie dans mon agenda en ligne, donc je l’ai rappelée à l’heure convenue.
Ceux qui me connaissent savent que dans la vie de tous les jours,
Je suis toujours en retard (par excès d’optimisme, certainement…)
Mais quand j’ai un rendez-vous pour le business ?
Je suis réglé comme une Rolex suisse.

19:00:04 – Christine décroche.
Nous avons 30 minutes devant nous.
D’abord, nous apprenons à nous connaître.
(en Amérique, on va droit au but.
En Europe, la courtoisie veut qu’on échange des politesses…)
Ensuite ?

Je m’assure qu’elle a bien visionné ma conférence en ligne.
Si ce n’est pas le cas, ça ne sert à rien d’échanger: nous perdrions tous deux du temps à éclaircir des choses que j’explique très bien dans la formation offerte.

Je réponds à ses dernières questions.
Et pour finir ?

JE lui pose quelques questions.
Rien de personnel – juste assez pour m’assurer qu’elle a bien le profil pour réussir avec mon programme.

Suite à l’email d’hier, elle en a profité pour réserver une deuxième session de stratégie avec moi.
(Chose que je ne fais habituellement pas, mais puisqu’elle s’est enregistrée dans les règles de l’art, pourquoi refuser)
Finalement…
Elle s’est excusée.
Elle dit qu’elle a réservé ce créneau un peu vite.
Et elle, je cite: « n’a pas de questions supplémentaires, juste envie de démarrer » 

(Quand je te dis qu’avec mon système, tu ne parles qu’avec des prospects ultra-qualifiés, qui ont les mêmes valeurs que toi et qui ont envie de bosser avec toi)

Je ne dis pas que tous les appels que tu auras avec tes prospects ressembleront à celui-ci.
Loin de là !
Et je ne demande pas à ce que ceux qui réservent leur appel avec moi agissent de cette manière (même si ça me va très bien ^^)
Mais je te dis que quand tu offres la bonne solution aux problèmes des bonnes personnes
Et que vous êtes sur la même longueur d’ondes
Des choses magiques se produisent.

Maintenant, peut-être que tu te demandes comment toi aussi tu peux remplir ton agenda de rendez-vous de qualité.
Et qu’il te reste une ou deux questions même après le visionnage de la conférence.
(ou que tu as simplement besoin d’un coup de pied au cul !)
Si c’est le cas, c’est le moment de réserver TA session de stratégie.
Avant que le Funnel Network ne ferme ses portes jeudi soir…

Clique ici pour réserver ton appel stratégique: https://calendly.com/meryl-camus/session-strategie
À très vite de vive voix
Et bienvenue aux nouveaux membres de cette semaine
Meryl

Pourquoi on adore Jean-Luc Reichmann (et le secret que tu devrais adopter pour ton marketing)

Pourquoi est-ce que tu devrais te mettre à l’email marketing ?

Pour la même raison que tu as monté ton business ou démarré un marketing de réseau:
Pour réaliser davantage de ventes !
(et qui dit « ventes », dit « nouvelles personnes que j’ai aidées »
Et dit « argent », dit « liberté ».)

Je t’ai promis 3 raisons un peu plus approfondies.

Dans le dernier email que tu as reçu, je te montre statistiquement combien la fortune réside dans le suivi.
Et le jour d’avant, j’ai commencé par te prouver que tu touchais davantage de prospects par mail que nul part ailleurs.
Aujourd’hui, je vais te donner la dernière raison
(avant de clore ce sujet pour cette semaine)

Raison #3: Créer unien privilégié avec ton audience

Est-ce que tu t’es déjà demandé pourquoi Jean-Luc Reichmann figurait parmi les animateurs préférés des Français ?
La réponse ?
Parce qu’il leur donnait un rendez-vous amical, tous les midis.
Je ne sais pas si tu plutôt « Douze Coups de Midi » ou « Attention à la marche » (si tu es comme moi tu ne regardes plus la télé depuis des années…)
Mais le fait de retrouver le même animateur, tous les jours, à la même heure, ça créé une forme de proximité.
Et même ?
De complicité.
Bien sûr, la sympathie du personnage y joue pour beaucoup.
Nagui ?
C’est la même chose. Avec même plusieurs émissions au cours de la même journée.
 

Qu’est-ce que je suis en train de te dire ?

Sûrement pas que tu dois faire le show à la télé
(même si mon ami Chris et moi avons en commun que nous avons bien essayé, en allant sur les plateaux de TF1, France 2 et France 3 pour des jeux télé…)
En fait, je ne sais pas si ces animateurs sont aimés parce qu’ils sont souvent à la télé,
Ou s’ils sont souvent à la télé parce qu’ils sont aimés.
Peu importe.

Toi, par contre ?

Tu dois être régulier.
Donner un rendez-vous dans l’esprit de ton public (enfin, de tes prospects).
Imagine que tous les jours, à la même heure, un inconnu bienveillant t’offre son meilleur conseil pour te sortir de ton problème.
Et qu’en plus il fait 2-3 blagues.
Tu penses pas qu’avec le temps, cet inconnu finirait par devenir ton ami ?
Et que s’il te recommandait de rejoindre tel ou tel programme ou compagnie, tu suivrais son conseil ?
 

Moi, je le pense.

Et beaucoup de mes lecteurs le pensent aussi.
Car c’est la force de l’email marketing:
Créer un lien privilégié.
 

Pour peu que tu sois régulier, et que tu apportes de la valeur.

Ainsi qu’un certain nombre de règles (pas si intuitives que ça) que je te développe dans mon programme.
Parce que si tu veux faire tourner ton business en automatique
Et parrainer à foison pour ta compagnie de MLM
L’email est in-dis-pensable
(celui qui te dit le contraire est bloqué en 2013)
Tu peux retrouver ma conférence complète en replay juste ici:
Et je t’y donne mes 3 secrets pour monter une véritable Machine à Parrainer
(avec une offre irresistible à la fin)
En attendant, je te retrouve lundi pour une autre pépite
Le temps de te laisser digérer tout ce qu’on a vu cette semaine.
Bon week-end, et à tout de suite sur le replay du webinaire.
Meryl
NB: les membres privilégiés ont lu ce post des heures avant toi. Pour t’inscrire gratuitement, et recevoir mes meilleurs conseils chaque jour par mail, rendez-vous ici: https://www.funnel-network.com/optin-newsletter

L’erreur que font 90% des représentants (et comment ne pas en faire partie)

Est-ce que tu as déjà entendu ça ?

« La fortune réside dans le suivi » 

Ou dans le follow up, comme disent nos amis anglo-saxons.

Je sais pas toi, mais moi j’ai toujours été très nul en follow up.

Renvoyer un message à un prospect pour savoir où il en est
Prendre des nouvelles pour rester dans son esprit
Publier sur les réseaux sociaux pour qu’on pense à nous
Et, parfois, essayer d’être (trop ?) sympathique de manière totalement intéressée
Souvent ?
Ça fait même fuir le prospect.
Les miens ?
Ils finissaient par ne même plus me répondre.
Parce qu’ils sentaient que je prenais des nouvelles dans le seul but de parler à nouveau de la petite présentation qu’ils avaient eue.
Que celui qui n’a jamais eu un « Vu » (mais non répondu) sur Messenger me jette la première pierre !
Et le pire ?
C’est qu’on ne comprend pas pourquoi notre prospect
Si curieux et flamboyant lorsqu’on lui a présenté nos produits ou notre opportunité
Ne daigne pas nous répondre quand on revient vers lui
Tout ça ?
Ça m’a un peu saoulé (je te le dis franchement)
Je préfère mille fois donner une présentation enthousiasmante à une foule de clients potentiels
Que de faire le suivi des prospects, un par un
Parce que ça me donne l’impression d’être un gros relou
Comme un célibataire qui n’a pas pé-cho depuis trois mois
(je sais, l’image est dure.)

Si tu es comme moi, c’est pas trop dans ta nature le follow up

Pourtant, la « fortune » c’est là-bas qu’elle se trouve visiblement
C’est pas moi qui le dis, c’est The Social Media Press
Juge par toi-même
(je ne vais pas te faire l’affront de te traduire l’image)
Ce qu’ils faut retenir ?
« 80% des ventes requièrent 5 expositions de suivi après la rencontre.
 
48% des vendeurs abandonnent après 1 seule exposition » 
« Attends Meryl.
 
Ça veut dire que l’immense majorité des prospects n’ont pas eu un suivi suffisant pour que, statistiquement, ils puissent passer commande ? » 
Yep.
Ça m’est déjà arrivé qu’un prospect me dise:
« Je voulais démarrer déjà il y a quelques mois, mais le type qui m’a parlé de ce business n’a jamais repris contact » 
Je te jure que c’est arrivé. Dingue, non ?

Conclusion ?

Le follow-up est une étape cruciale.
C’est pourquoi j’y ai dédié un module entier dans mon programme Sales Mastery
(ne t’énerve pas, il n’est pas encore sorti !)
Et si je te disais, pour patienter, qu’il existait un moyen simple et peu cher de réaliser ce follow-up ?
De manière… Au-to-ma-tique ?
Tu l’as deviné.
L’email marketing.
Et cette histoire de follow-up, c’est précisément la deuxième raison pour laquelle tu devrais avoir un auto-répondeur pour faire de l’email marketing.
(on a vu la première hier. Si tu as suivi, c’était parce que l’email est le meilleur moyen de délivrer ton message à tes prospects)

Le but de l’autorépondeur ?

(l’outil qui permet l’email marketing)
Créer une séquence automatique d’emails qui convertiront tes prospects en clients.
Et ainsi te démarquer de 90% des vendeursqui abandonnent après la 3ème exposition.

Quel autorépondeur choisir ?

J’en parlerai dans un autre mail.
Mes Funnel Networkers ont déjà eu la réponse (ainsi qu’une foule de directives à suivre) dans le module 3.
C’est marqué ici, dans le programme:
Je te retrouve demain pour te donner la 3ème raison pour laquelle tu devrais te mettre à l’email marketing
Et je t’envoie ça grâce à mon super auto-répondeur 😉
Meryl
NB: les membres privilégiés ont lu ce post des heures avant toi. Pour t’inscrire gratuitement, et recevoir mes meilleurs conseils chaque jour par mail, rendez-vous ici: https://www.funnel-network.com/optin-newsletter

3 raisons de se mettre à l’emailing

Salut, c’est moi.
Tu t’attendais probablement à recevoir cet email aujourd’hui
(ou à voir ce post facebook, ou cet article de blog, suivant d’où tu me lis…)
Je le sais parce que tu as l’habitude de voir « Meryl Camus » dans ta boîte de réception.
Et si tu me suis depuis longtemps, c’est peut-être même devenu un réflexe pour toi que d’ouvrir mes mails.
Moi ?
Je suis carrément devenuaccroau contenu de certains marketeurs.
(Presque autant que la redbull, à une époque)

La question, c’est: comment rendre accro tes prospects à ton contenu ?

Réponse: l’email marketing.
(c’est le sujet du jour, si jamais cela t’a échappé)

Donc l’email marketing, c’est l’art de vendre par email.

Jusque là, ça va.
Mais à l’heure de facebook, instagram, messenger bots, youtube, et autres joyeusetés
On pourrait penser qu’envoyer des mails c’est comme revenir sous Windows 95.
Et effectivement, c’est une méthode contre-intuitive.
Encore plus si on se met à « mailer » tous les jours !
Là on se dit que c’est carrément du suicide marketing.
Mais on ne pourrait pas être plus loin de la vérité.
Je vais te donner, 3 bonnes raisons de se mettre à l’email marketing
(et si possible, à l’email quotidien !)

Raison #1: Rien ne sert de bien chanter si personne n’est là pour écouter

Tu peux avoir le niveau des gagnants de The Voice
Avoir l’oreille absolue
Et savoir jouer de quatre instruments (en même temps, bien sûr)…
Cela n’a aucune importance si tu n’as pas un public pour t’écouter.

Dans ton business, c’est pareil.

Tu peux tourner des vidéos Youtube en 4K et donner des conseils en or
Personne n’en profitera si personne ne clique.
Ou si personne ne sait que tu existes.

Ta page facebook ?

C’est encore pire. Tu as vu la gueule du reach dernièrement ?
Est-ce que tu sais à combien de % de tes « fans » tes publications sont montrées ?
Ne regarde pas, ça risque de te décourager.
Ton blog ?
Il vaudrait mieux que tu sois là depuis un moment si tu veux que Google te mette en avant.

Et si je te disais qu’il existait un moyen simple et efficace pour que 100% des personnes qui te suivent voient ton message ?

Il existe, et il s’agit de la bonne vieille boîte email.

Tu peux envoyer du contenu à 100, 1000, ou 1.000.000 de personnes…
Ils recevront tous (sans exception) ton email.
Est-ce qu’ils vont cliquer ?
Est-ce qu’ils vont lire ?
Est-ce qu’ils vont acheter ou candidater ?
Peut-être que oui, peut-être que non. Ça, c’est un autre travail.
Mais au moins, tu toucheston audience.
Ce qui n’est clairement pas le cas avec les autres moyens que j’ai cités plus haut.

Je ne te dis pas d’abandonner les réseaux sociaux

Je te dis simplement que ce qui marche le mieux, c’est l’email.
Si tu ne me crois pas, il existe un tas d’infographies et de statistiques que tu peux retrouver en ligne.
La seule qui devrait t’intéresser ?
C’est que l’email est environ 40 fois plus efficace que Facebook et Twitter combinés lorsqu’il s’agit de convertir un prospect en client.
(source: McKinsey & Cie)

C’est du bon sens.

Les gens sont sur les réseaux sociaux pour se détendre
Jouer, discuter…
Pas pour faire des affaires.
Mais quand ils ouvrent ton email, ils savent qu’on va parler de ce qui les intéresse.
De leurs projets, de leurs objectifs, de leurs rêves.
En ouvrant ton email, ils savent que tu vas peut-être leur proposer une solution payante.
L’environnement est totalement différent.
Ça, c’était pour la raison #1.
Je te propose de voir les prochaines demain.

Si tu es déjà convaincu par l’emailing, sache que j’en ferai peut-être l’objet de mon prochain programme.

Je ne sais pas. À voir, tu me dis.
Et si tu te dis que tu ferais la différence en mettant ça en place dans ton activité
Sache que j’y ai dédié un module entier dans Funnel Network.
Je te montre:
  • Comment mettre en place ton autorépondeur
  • Comment créer une séquence email qui fera le suivi de tes prospects pour toi
  • Comment rendre ton offre irresistible grâce à des techniques de copywriting avancées
  • La check-list d’un mail qui vend
  • etc.
L’accès à ce cours, ainsi qu’à celui sur les tunnels de vente, le story-telling, le traffic et la vente
Demain, on va justement parler de comment vendre par email grâce à un système de suivi optimisé.
Excellente journée,
Meryl
NB: les membres privilégiés ont lu ce post des heures avant toi. Pour t’inscrire gratuitement, et recevoir mes meilleurs conseils chaque jour par mail, rendez-vous ici: https://www.funnel-network.com/optin-newsletter

Comment répondre à: “Je veux y réfléchir” ?

Ça fait plusieurs fois que vous me posez la question.
Pas plus tard qu’hier, j’ai reçu un vocal de Florian qui me demandait:
« Quand on présente un produit à nos prospects, il nous arrive souvent, à moi et mon équipe, qu’on nous dise: je veux y réfléchir. La question c’est: pourquoi ? Qu’est-ce qu’il manquerait selon toi pour éviter cette objection ? » 
C’est une question très pertinente, parce que cette objection revient souvent.
Déjà, tu te doutes bien que lorsque ton prospect te dit ça, c’est qu’il veut tout…
Sauf réellementréfléchir.
Le problème n’est pas là.
Et tu ne peux pas trouver une solution à un problème si tu ne sais pas vraiment où il se situe.

Selon moi, il y a 4 motifs qui expliquent cette objection.

Première raison: il a eu trop d’informations.

Il a besoin de faire le tri, de comprendre.
En clair ? Il est confus.
Et un esprit confus ne prend pas de décision.
Un esprit confus n’achète pas.

Deuxième raison: ce n’est pas le décideur.

« Je veux y réfléchir » ça peut vouloir dire:
« Je vais en parler avec mon mari »
(ou n’importe quel autre décideur)

Troisième raison: la personne n’a pas l’argent.

Sauf qu’elle ne veut pas forcément l’avouer à un quasi-inconnu.
Elle pense que ça ne te regarde pas
(et c’est vrai. Pourtant, tu as besoin de cette information pour avancer…)
Comment savoir si cette interprétation est la bonne ?
Simplement en posant la question. De la manière la plus détachée et empathique possible.
Personnellement, j’aime bien répondre:
« Vous avez vraiment besoin de réfléchir, ou… C’est votre compte en banque qui a besoin de réfléchir ? »
(ou quelque chose du genre. De plutôt léger)
Si tu fais mouche, ton prospect te le fera comprendre immédiatement.
Et après c’est un travail sur une toute autre objection.

Quatrième raison: la personne ne se sent pas qualifiée

Elle ne voit pas d’intérêt en le produit ou le service.
Elle ne voit pas comment elle peut l’aider, et essaie de nous le faire savoir poliment.
C’est souvent ce motif qui revient.

Comment faire dans ce cas ?

À ce moment-là, on doit faire en sorte non pas de qualifier son prospect…
Mais de laisser le prospect se qualifier tout seul !
Plutôt que d’adopter l’attitude de: « ce produit est fait pour toi ! »
On va plutôt raconter l’histoire de quelqu’un qui utilise ces produits…
Jusqu’à ce que le prospect dise de lui-même:
« Hey ! C’est ce produit qu’il me faut ! »
(je caricature un peu. Mais à peine !
En tout cas c’est la démarche à adopter)

Et s’il est trop tard ?

Si le prospect a déjà dit « je veux y réfléchir » et que je ne peux plus revenir en arrière ?
Alors cette fois-ci on passe au follow-up.
Au suivi.
On continue de l’exposer aux produits encore et encore…
Un jour, ses problèmes (ou ses finances) vont changer.
Et il deviendra un prospect qualifié.
Ça peut prendre une semaine. Un mois. Peut-être un an. Ou même jamais.
D’où l’intérêt de rester présent dans l’esprit de ses prospects.
Car c’est celui qui occupe les pensées des gens qui récupère les clients.

Comment rester dans l’esprit de ses prospects ?

En entretenant les inscrits à ta mailing list.
En alimentant tes groupes facebook.
En postant régulièrement sur ton mur facebook.
En publiant des vidéos ou des podcasts.
En mettant des stories sur Instagram, Snapchat ou Facebook.
etc.
(et tu n’es pas obligé d’être partout à la fois ! Juste là où sont tes prospects)
Rester présent dans l’esprit de ses prospects
On en parle dans les modules 3 et 4 du programme Funnel Network.
Mais pas seulement !

Si le sujet de la vente et de la persuasion t’intéresse…

Si tu sens que maîtriser quelques compétences clés pourraient doubler ou tripler tes revenus…
Alors accroche-toi bien, parce que je prépare quelque chose de lourd sur le sujet !
Voici ce que j’aimerais que tu fasses…
Réponds à cet email, et dis-moi les problèmes que tu rencontres le plus souvent en situation de vente.
Et surtout: ce que tu attends d’un programme complet sur cet art de la persuasion.
(je tiens à ce que ça soit taillé sur mesure pour répondre à tes besoins)
Je te retrouve demain pour une nouvelle pépite.
Ton expert en « Je veux réfléchir » 
Meryl

Je vends mon livre à une inconnue (tunnel de vente en live)

Tu penses peut-être que les tunnels de vente sont quelque chose de compliqué.

 
Pourtant, il faut bien comprendre qu’ils existent depuis l’invention du troc.
 
Au fond, c’est quoi ?
 
Etape 1: trouver un prospect
 
Etape 2: qualifier le prospect (vérifier ses besoins)
 
Etape 3: lui présenter notre produit ou solution
 
Etape 4: l’inviter à acheter votre produit (conclure la vente)
 
Les fondamentaux, c’est ça.
 
 
Par exemple…
 
Je vais te montrer comment j’arrive à vendre le roman que j’ai publié à des inconnus.
 
 
 

Etape 1: trouver un prospect

 
Hier, j’étais assis à la table de Madame Laporte, à qui je vendais un nouveau contrat pour la boîte qui m’emploie.
 
Pendant que je remplissais le dossier, j’en ai profité pour m’intéresser à elle.
 
Dans la fil de la discussion, je lui demande ses loisirs.
 
Quand elle me répond « j’aime lire », une alarme retentit dans ma tête.
 
Lorsque quelqu’un me dit ça, mon cerveau range immédiatement la personne dans la liste des prospects auprès de qui je peux vendre mon roman.
 
L’occasion pour moi d’effectuer une vente additionnelle en plus du contrat que je suis déjà en train de réaliser.
 
C’est ce qu’on appelle un « up sell », dans le jargon.
 
 

Etape 2: qualifier le prospect

 
L’étape suivante ?
 
C’est de vérifier que mon livre colle avec ses besoins (ce qu’elle aime).
 
J’en profite pour lui demander:
 
« Ah bon vous aimez bien lire ? Qu’est-ce que vous lisez en ce moment ? » 
 
Elle me répond Nietzsche.
 
Mon roman fantastique étant à des années-lumières des oeuvres du philosophe, je dois encore creuser.
 
« Sinon, il vous arrive de lire un peu de fiction ? » 
 
Lorsqu’on me dit oui, j’approfondis encore un peu plus:
 
« Quel genre ? », ou plus franchement: « Et vous aimez bien le genre fantastique ? » 
 
Si la réponse est non, mon processus de vente s’arrête ici. Je ne suis pas en face d’un prospect qualifié.
 
Si la réponse est oui, je peux continuer.
 
 

Etape 3: lui présenter son produit 

 
D’un air naturel, je lui glisse que j’ai bien un livre à lui recommander.
 
Souvent, ça pique la curiosité des gens.
 
À ce moment-là, je pitcher l’histoire en dix secondes:
 
« C’est l’histoire d’une jeune homme qui, du jour au lendemain, se retrouve capable de lire dans les pensées.
 
Il en profite pour traquer un criminel que personne n’arrive à saisir.
 
Jusqu’à ce que… » 
 
C’est tout. Je m’arrête là.
 
Madame Laporte a réagi comme la plupart des personnes à qui je raconte ça.
 
Elle m’a demandé comment s’appelait le livre.
 
À ce moment-là, je lui réponds:
 
« Attendez, j’ai mieux ! » 
 
Et je lui présente directement le site de mon roman.
 
En un coup d’oeil, elle peut voir la couverture du livre, et elle aperçoit une interview à la radio, des critiques (positives), etc.
 
Elle n’a pas le temps de tout lire, mais elle voit que c’est là.
 
Le produit est présenté, il ne nous reste plus qu’à conclure la vente.
 
 

Etape 4: conclure la vente

 
À un moment donné, je sors mon argument phare:
 
« Je ne suis pas très objectif, puisque pour le coup c’est moi qui ai écrit cette histoire » 
 
En général, ce rebondissement fait sourire.
 
Parfois, il impressionne.
 
Et neuf fois sur dix, il aboutit sur: « ah bah si en plus c’est vous qui l’avez écrit, je vais l’acheter ! » 
 
Au passage, je les prie de m’excuser de faire ma pub
 
(ils sont souvent très tolérants)
 
 
Comment je fais, à partir de là ?
 
Je retourne sur la page de vente, et j’explique COMMENT il faut faire pour recevoir le livre.
 
« Le mieux, c’est que juste ici vous avez un petit formulaire.
 
Vous aurez juste à entrer vos coordonnées, effectuer un paiement sécurisé, et ensuite vous recevrez votre exemplaire directement dans votre boîte aux lettres.
 
Et comme c’est vous, je me chargerai personnellement de l’envoi et je vous ferai une petite dédicace ! » 
 
À partir de là…
 
Au mieux je réalise une vente additionnelle et je récupère une nouvelle lectrice.
 
Au pire, je consolide ma vente initiale en apportant une anecdote marquante, de la bonne humeur et même, une certaine crédibilité.
 
 

Voilà ce que j’appelle un « tunnel de vente en live » 

 

Tout y est.

 
Prospection. Qualification. Présentation. Conclusion.
 
À la limite, on pourrait rajouter l’Etape 5: effectuer un suivi.
 
Mais je pense que tu as compris l’idée.
 
C’est que tu n’as pas besoin d’être un génie de l’informatique
 
Ni un geek de click funnels
 
Pour faire glisser tes prospects le long de ton tunnel de vente.
 
 
Les logiciels, les pages de capture, les upsell, etc.
 
Tout ça, c’est juste de la technologie au profit de concepts qui existent depuis des siècles.
 
(une page de vente additionnelle dans un funnel, c’est la même chose qu’un poissonnier romain qui te vend une deuxième truite pour quelques sentences de plus…)
 
 

Ce que je veux te montrer ici, c’est que les fondamentaux sont toujours les mêmes.

 
La technique varie.
 
Les fondamentaux, jamais.
 
Et il n’y a pas plus fondamental que la vente.
 
C’est justement pour ça que je suis passionné à l’idée de former les gens à cette compétence clé.
 
Et ça fera d’ailleurs l’objet de ma prochaine formation ouverte au grand public 
 
(je t’en reparle bientôt !)
 
 

En attendant, si tu es curieux…

 
Ou si toi aussi tu aimes les thrillers fantastiques…
 
Tu peux retrouver la présentation de mon roman à cette adresse:
 
 
 
Bonne lecture !
 
À demain,
 
Meryl
 
 
 
PS:  s’il y a des questions en particulier que tu voudrais que je traite au sujet de la vente
 
Ou de la communication,
 
Ou de la persuasion en général…
 
Je suis tout ouï.
 
Je tiens à te proposer un programme sur-mesure qui répond parfaitement à tes attentes.
 
Réponds simplement en commentaires pour me le dire.

Comment exploser ses résultats grâce à une immersion de 3 jours: l’Opération Commando

Go ! Go ! Go !

La semaine dernière, je suis parti en commando.

 
Alors non, je ne suis pas militaire.
 
Pas plus que je ne sais manier une arme à feu.
 
C’est une métaphore qui vient de mon métier de commercial.
 
(pour ceux qui l’ignorent, je passe une bonne partie de ma semaine à toquer aux portes.
 
C’est là d’où je tire mon expérience terrain et les conseils que je vous apporte sur la vente en présentiel)
 
 

Qu’est-ce qu’un commando ?

 
Une fois par mois environ, les meilleurs commerciaux de chaque agence se réunissent sur un secteur peu démarché.
 
Dès le matin, on va faire la journée la plus longue et la plus productive possible.
 
Le soir, on se retrouve tous pour dormir dans un gîte.
 
Dans une ambiance bon enfant (un peu comme la colo)
 
Et le lendemain, on remet ça.
 
Le tout pendant trois jours.
 
 

L’intérêt du commando ?

 
C’est que tu es en totale immersion.
 
(un conseil que je tiens de Tony Robbins, d’ailleurs)
 
Autrement dit, tu es 100% concentré sur ton métier.
 
Tu n’as aucune distraction.
 
Personne ne t’attend, au gîte.
 
Ni ta femme (ou ton homme)
 
Ni ta PS4.
 
Ni ta paperasse que tu procrastines depuis des semaines.
 
Tu es donc absolument focus sur ce que tu as à faire.
 
Et accessoirement tu vois du pays.
 
 

Les résultats d’un commando ?

 
Dans mon métier, la norme est de faire 4 ou 5 contrats par jour.
 
Avec ça, tu t’en sors pas trop mal.
 
Tu te classes parmi les 13% de français qui gagnent plus de 3000€ par mois.
 
Sans que ça ne te prenne toute la journée.
 
En commando ?
 
Si tu fais moins de 8 contrats, on se moque de toi.
 
Mes journées à 10, 11, 12 contrats…
 
Je les ai faites de cette façon, en immersion.
 
 
(exception faite de mon record à 13, que j’ai réalisé à deux minutes de chez moi, après deux ans d’activité, dans uns secteur a priori très démarché, en commençant à midi… Mais c’est l’exception qui confirme la règle !)
 
 

Le commando, c’est la loi de Pareto.

 
80/20.
 
80% de mes contrats sont issus des 20% de jours travaillés en full-focus.
 
À peu de choses près.
 
Personnellement, je prends beaucoup de temps pour construire et promouvoir mes programmes de formation en ligne.
 
Et je possède une activité de consultant en marketing.
 
Sans parler de ma chaîne Youtube que je suis en train de relancer.
 
Si on y ajoute le temps que je passe à la salle de sport ou dans un dojo de karaté…
 
Ça fait pas mal d’heures de porte à porte qui sautent.
 
Mais c’est un choix que j’ai fait.
 
Parce que ma passion c’est de partager ce que j’ai appris (et ce que je continue d’apprendre) avec toi.
 
 

Mon but ?

 
Changer la vie des gens en leur donnant les compétences pour augmenter leurs revenus et expérimenter leur propre succès.
 
C’est pour ça que j’ai créé Funnel Network, pour les MLMers.
 
C’est pour ça que j’aide des entrepreneurs à créer leurs tunnels de vente en coaching privé.
 
C’est pour ça que je compte ouvrir mon programme de formation sur la vente et les réponses aux objections, jusque là exclusive.
 
Quitte à empiéter sur mon taff de commercial que je n’ai pas envie de lâcher.
 
Quitte à faire la moitié de mon salaire en trois jours de commando intenses.
 
(même si je n’envoie pas de mail pendant une semaine à cause de ça. Oups !)
 
 

Conclusion ? Tu dois partir en commando.

 
Tu es commercial: comment est-ce que tu peux organiser ce genre de périple en immersion ?
 
Tu fais du MLM: quel est le prochain événement de ta compagnie où tu vas pouvoir te focus à 100% sur ton activité ?
 
Tu es entrepreneur: quels autres indépendants ambitieux est-ce que tu peux rejoindre pendant quelques jours, pour bosser ensemble en « mastermind » et vous tirer vers le haut ?
 
Tu es salarié, mais tu as un projet en parallèle: quand est-ce que tu peux t’isoler pour te concentrer dessus, sans être dérangé ?
 
(exactement comme je l’ai souvent fait quand j’écrivais mon premier roman)
 
 

Devine ce que va t’apporter ton commando ?

 
Du rush. De l’élan. Du momentum.
 
Et donc des résultats.
 
(Attention, tu risques de devenir accro)
 
Si cette notion de « momentum » ne te dit rien, j’en parle souvent dans mes articles de blog.
 
 
 
Réponds en commentaires pour me dire ce que tu comptes mettre en place pour rentrer en immersion et faire exploser ton business.
 
À demain,
 
Meryl

Black Friday

Black Friday.

Black Friday Black Friday Black Friday.
Je ne sais pas toi, j’ai l’impression que tout le monde n’a que ce mot à la bouche.
En particulier ceux qui ont quelque chose à vendre.
(je plaide coupable)
Dans la rue ?
Black Friday sur les vitrines de tous les magasins.
Dans ta boîte mail ?
Si elle ressemble à la mienne, elle est pleine à craquer de promos
(y compris de personnes dont tu n’avais pas entendu parler depuis des lustres, et qui refont surface comme tes potes du lycée qui te souhaitent une bonne année le 1er janvier)
Et à la télé ?
Je n’en sais rien. Je ne regarde pas la télé.
Mais je suppose qu’on en parle beaucoup aussi.
Je ne dis pas que c’est bien ou mal.
Je dis juste qu’à chaque fois qu’il y a un mouvement de masse…

C’est l’occasion de réfléchir à faire l’inverse.

Tu es probablement tenté d’acheter une nouvelle paire de chaussures (-50% !)
Ou de remplir ton panier sur Amazon.
Personnellement ?
J’ai bien failli rentrer chez moi avec une ps4 sous le bras !
Ce qui m’a fait changer d’avis, c’est quand je me suis posé la question:
« Est-ce que tu veux être consommateur… ou producteur ? » 
Mhhh…

Parce qu’à la base, le vendredi noir c’est quoi ?

C’est un jour prévu pour aider les commerces en Amérique à rebasculer leurs lignes comptables dans le noir.
Au lieu d’être dans le rouge.
En clair ?
On fait de grosses promo pour renflouer le chiffre d’affaire avant la fin du mois.
Je te repose la question:
Est-ce que tu veux être consommateur, et acheter des trucs dont tu n’as pas forcément besoin ?
Ou devenir producteur, et encaisser ?

Je te propose un juste milieu, si tu veux quand même profiter des promotions…

Achète des choses soldées… Qui te rapporteront plus que ce que tu as payé.
Malinx, le lynx.
Tu achètes une chemise à -50% et tu la revends quelques semaines plus tard, pour Noel, au prix fort.
Ou alors tu achètes un programme de formation dont tu sais pertinemment qu’il va te permettre d’obtenir les résultats que tu souhaites d’ici les prochaines semaines.
Evidemment, tu fais ce que tu veux.
Mais quitte à profiter du Black Friday, autant en profiter pour investir sur soi à moindre coût.

Sur ce, n’oublions pas que cette semaine c’est avant tout Thanksgiving chez les anglo-saxons.

​​
L’occasion d’exprimer sa gratitude.
(je pense qu’on manque cruellement de cette fête, en France).
Alors j’en profite pour TE remercier.
De passer quelques minutes avec moi, chaque jour.
À lire mes emails (ou mes articles de blog, ou mes story sur les réseaux).
À regarder mes vidéos (sur Youtube, ou dans mes programmes).
Parce qu’aider les gens à améliorer leur quotidien, c’est mon but dans la vie.
Alors merci de donner un sens à ce que je fais.
Joyeux Black Friday Thanksgiving.
Meryl
PS: non, il n’y aura pas de Black Friday sur Funnel Network. Pourquoi ? Parce que la formation est déjà à -50% en période de pré-lancement ! C’est vendredi noir depuis deux semaines chez moi. Qu’est-ce que tu attends ? 😉 https://www.funnel-network.com